vendredi 15 septembre 2017

La Maison de la Nuit, HS2 Le Serment de Lenobia - P.C. Cast et Kristin Cast


Titre : La Maison de la Nuit, HS 2 Le Serment de Lenobia

Auteur : Kristin Cast et P.C. Cast

Genre : Fantastique / YA

Editions : PKJ

Date de sortie : 21/11/2012

Nombre de pages : 140

Prix : 9,90 € (papier) ou 8,99 € (numérique)
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
Évreux, 1788. Avant d’être le professeur préféré de Zoé dans La Maison de la Nuit, Lenobia était « juste » une jeune fille de 16 ans. Fille illégitime d’un puissant baron, elle grandit dans l’ombre de sa demi-sœur odieuse et gâtée, Cécile.
 Mais le destin intervient : soudain, Lenobia embarque sur un bateau, entourée de jeunes filles, direction la Nouvelle Orléans, où elle sera mariée à un homme riche et puissant. Mais un évêque diabolique la remarque lors du voyage… Lenobia doit fuir et se cacher. La jeune fille saura-t-elle échapper aux dangers qui la guettent et reconnaître le véritable amour quand elle le verra ?
 
 
Mon avis :
 
Après la lecture de la première novella de la série La Maison de la Nuit : La Promesse de Dragon, j’ai continué d’intégrer les différentes Novella au cours de ma lecture des tomes principaux.
Pour information, ce tome peut se lire entre les tomes 9 et 10.
 
Comme pour les autres livres de cette série, je me suis rapidement plongée dans cette lecture.
 
J’étais très contente de commencer cette nouvelle car j’avais aimé la précédente mais elle traitait d’un personnage qui ne m’attirait pas trop, alors qu’ici il s’agit d’un personnage que j’affectionne beaucoup : Lenobia, le professeur d’équitation de la Maison de la Nuit. J’ai trouvé très intéressant d’apprendre à la connaître quand elle était plus jeune, juste avant sa Transformation.
On en apprend plus sur son caractère et ses choix de vie.
 
J’ai été très touché par l’histoire de Lenobia : les choix de sa mère, ses différentes rencontres sur le bateau l’amenant en Amérique ainsi que ses mésaventures.
 
Bref, cette novella n’est pas nécessaire pour la compréhension de l’histoire, mais comme pour la précédente, elle est intéressante et sympa à découvrir pour les adeptes comme moi de la série.
 
 

jeudi 14 septembre 2017

Cité 19, tome 2 Zone Blanche - Stéphane Michaka


Titre : Cité 19, tome 2 Zone Blanche

Auteur : Stéphane Michaka

Genre : YA / Thriller

Editions : PKJ

Date de sortie : 03/03/2016

Nombre de pages : 423

Prix : 17,90 € (papier) ou 11,99 € (numérique)
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
Faustine, une adolescente d'aujourd'hui, se retrouve brusquement plongée dans le XIXe siècle. Décor grandeur nature ? Voyage dans le temps ? La réalité est bien plus inquiétante... Tandis qu'elle s'enfonce dans les profondeurs de Cité 19, une ville qui ressemble à s'y méprendre au Paris du Second Empire, Faustine découvre qu'elle n'est pas la seule à vouloir détruire le simulacre. Mais elle doit faire vite : dans son laboratoire secret, le docteur Zapruder, qui a d'autres projets pour elle, guette le moindre faux pas de l'adolescente...
 
Mon avis :
 
J’étais contente de retrouver Faustine dans le Paris du XIXème siècle car j’avais beaucoup aimé le premier tome.
Je ne suis pas une grande fan des récits dans les temps anciens mais Stéphane Michaka a su me conquérir dans le tome 1 grâce au suspens, ainsi qu’à un bon mélange entre le passé et la science-fiction.
 
Malheureusement, je n’ai pas retrouvé cet engouement dans ce tome ci.
Je n’ai pas réussi à accrocher à l’histoire, car l’enquête menée par Faustine n’est pas ce qui me fait aimer l’histoire, c’est plus un aspect secondaire. Ce qui m’attire, c’est plus le « comment » peut-elle être arrivé dans le XIXème siècle ? Et comment va-t-elle en sortir ?
J’ai eu la réponse à ma première question dans le tome 1. J’’attendais donc la réponse à la deuxième ici…
Mais le rythme de ce tome était un peu lent et il y avait, je trouve, un peu trop de personnages dans ce tome 2. J’ai donc eu beaucoup de mal… Par contre, j’ai bien aimé la finalité de l’histoire et je suis un peu déçue qu’elle soit, elle, un peu trop rapide…
 
Le point positif c’est la qualité de la description du Paris du XIXème siècle faite par Stéphane Michaka. Il a su me transporter, j’avais vraiment l’impression d’être avec Faustine.
 
Bref, je suis vraiment déçue d’être passée à côté de cette lecture. Ce récit, trop mou à certains moments, et trop rapides à d’autres, ainsi les personnages trop nombreux, n’ont pas su me charmer (à part Faustine)
 
 

mercredi 13 septembre 2017

Bienvenue au Cast, tome 4 Des étoiles dans les yeux - Pascale Perrier


Titre : Bienvenue au Cast, tome 4 Des étoile dans les yeux

Auteur : Pascale Perrier

Illustrateur : Diglee

Genre : Jeunesse

Editions : Rageot

Date de sortie : 23/09/2015

Nombre de pages : 202

Prix : 10,90 € (papier) ou 9,99 € (numérique)
 
 
 
Synopsis :
 
Pauline, Bastien et leurs camarades entrent en deuxième année au Cast.
Au fil des jours, ils se familiarisent avec La mélodie du bonheur, la comédie musicale qu’ils vont interpréter, et se lient avec de nouveaux élèves. Adva, à la voix d’exception et à la rondeur assumée, provoque réflexions et jalousies.
 
Pauline se demande qui sera retenu pour le rôle-titre. Emily, qui postule au Royal Ballet School de Londres, les quittera-t-elle ? Salomé, elle, participe au casting d’une série télé…
 
 
Mon avis :
 
J’ai passé un agréable moment avec les personnages du Cast.
L’année scolaire recommence avec de nouvelles têtes, de nouveaux projets et la préparation d’une nouvelle comédie musicale.
 
Les personnages sont vraiment adorables et attachants. Ils réussissent à nous prendre dans le tourbillon de leurs passions : les arts du spectacle (chant, danse, théâtre…).
Ils sont tellement passionnés que ça nous donnerai presque envie d’aller sur scène avec eux.
Toutes ces péripéties sont rythmées par la vie quotidienne de jeunes adolescents : les problèmes de cours, d’amitié, d’amour, de famille, ainsi que les complexes et les aprioris de l’adolescence.
 
Ce que j’aime beaucoup dans ces livres, outre le fait qu’ils soient très simples à lire et que l’on passe vraiment un bon moment, ce sont les petits à côté qui donnent du plus à la lecture.
J’entends par là, les beaux dessins de Diglee ainsi que toutes les notes de l’auteure qui sont présentées de manière originale et non pas tout simplement en bas de page. Elles nous présentent les pièces de théâtre évoquées dans le dialogue, certains mouvements particuliers en danse ou alors des mots techniques du spectacle.
 
Bref, une série facile à lire qui permet de se détendre en passant un agréable moment avec des personnages sympas.
 
 

vendredi 8 septembre 2017

Présentation des auteurs [16] - Erwan Ji

Des questions de présentation :

 
Peux-tu te présenter et nous parler de toi et de ta passion pour l’écriture ? As-tu toujours su que tu serais (ou voulu être) écrivain ? Quel a été l’élément déclencheur qui t’a poussé à écrire ? Depuis combien de temps écris-tu ?
Erwan Ji, 31 ans, excellent capital dentaire ! Un peu plus de soucis sur le maintien du capital capillaire.

J’ai envisagé le métier d’écrivain quand j’étais enfant, comme on envisage astronaute ou réparateur de machines à voyager dans le temps, mais ce n’était pas très sérieux. J’aimais l’idée d’être écrivain, mais je ne savais pas ce qu’écrire signifiait vraiment.

Quand j’avais 21 ans, à la fac, j’ai commencé à écrire des courts-métrages que je tournais avec des copains. À l’époque, je venais d’arrêter la musique, je composais alors beaucoup de partitions, et en arrêtant, j’ai dû combler un manque, une envie de produire. J’adorais le cinéma, mais j’étais frustré par mes limitations techniques et financières pour réaliser des films, alors après sept ou huit films, j’ai commencé à écrire des nouvelles et des romans. Et puis un jour j’ai décidé d’en envoyer un qui me paraissait sympa chez quelques éditeurs, et voilà.

 
Vis-tu de ta passion pour l’écriture ou as-tu un autre métier ?
Dans le cas d’un autre métier, comment arrives-tu à concilier les deux ? (Au niveau temps)
Est-ce que tu écris tous les jours ?
Je suis prof de FLE (Français Langue Étrangère), mais je ne fais pas ça tout le temps, ça dépend de la forme que je veux donner à ma vie. Par exemple, aux Etats-Unis, j’enseignais à plein temps et j’écrivais le soir en rentrant. Quand je vivais au Japon, j’enseignais entre 5 et 10 heures par semaine seulement, et j’écrivais quand ça me disait, le reste du temps. Cette année, je n’ai pas enseigné du tout, et j’ai préparé 2 romans. Donc ça dépend vraiment des moments. Aujourd’hui, j’ai plutôt hâte de recommencer à travailler 😃

« Écrire tous les jours », ça dépend de ce qu’on entend par là. Quand j’ai donné une date à mon éditeur et que la date approche, j’écris du texte sur mon ordinateur tous les jours, ça c’est sûr, je suis en mode intensif ! Mais de manière générale, l’écriture de texte est juste la partie émergée de l’iceberg, l’écriture, c’est surtout un long travail de maturation, penser au monde, aux personnages, à leurs relations, à tous les petits mécanismes de l’intrigue… Tout ça prend beaucoup de temps, et ça se fait avant d’écrire le texte. Je le fais dans la salle d’attente du médecin, dans la voiture, en attendant que ma soupe de courgettes cuise… Donc vu comme ça, j’écris tous les jours !

 
Peux-tu nous raconter comment tu t’organises lorsque tu écris ?
(Où puises-tu tes idées ? Comment construis-tu tes personnages ? Est-ce que tu t’inspires de tes proches, de ton histoire personnelle ?)
Lorsque tu commences l’écriture d’un roman, est-ce que tu suis un processus particulier ?
Ça dépend tellement des projets, c’est difficile de répondre.

Pour J’ai Avalé Un Arc-en-Ciel, presque tout le livre est basé sur la réalité, et la plupart des personnages sont basés sur des gens que j’ai vraiment connus. Là-dessus, j’ai brodé une histoire d’amitié et une histoire d’amour que j’ai imaginées. Pour la suite, j’ai fait un peu pareil, la plupart des trucs qui sont dans le roman sont vrais, ils me sont arrivés à moi ou à des gens que je connais.

Ces deux livres sont particuliers en ce qu’ils sont très documentaires, basés sur la réalité. Pour d’autres projets plus imaginés, c’est un long travail de maturation dans la tête et sur le tableau blanc, jusqu’à la conviction qu’il y a vraiment là de quoi produire un roman qui m’intéresse. Les idées viennent de partout, c’est dur d’en limiter l’origine !

Le processus, en gros, c’est:
1. Bonne idée (très rare)
2. Maturation de la bonne idée (très long)
3. Recherches (très pénible)
4. Maturation des personnages
5. Premiers écrits pour trouver la voix du narrateur
6. Carte du roman chapitre par chapitre
7. Écriture du texte (très douloureux)
8. Révisions du texte

 
As-tu un projet en cours ? Peux-tu nous en dire quelques mots ?
J’ai terminé d’écrire la suite de J’ai Avalé un Arc-en-Ciel récemment, elle sortira en début d’année prochaine, et je viens de finir d’écrire le 2ème tome d’une série de 4 romans d’aventure-fantasy dont les 4 personnages principaux ont 12 ans. Le premier tome paraîtra en milieu d’année prochaine.

 
Qu’est-ce que tu as ressenti quand tu as vu pour la première fois ton livre publié ? et quand tu l’as vu dans la bibliothèque de nombreux lecteurs ?
J’étais amusé ! Je trouvais ça rigolo. Mais contrairement à ce beaucoup de gens semblent imaginer dans ce cas-là, je n’étais pas spécialement ému ou excité. Le fait de voir mon histoire dans les mains des gens deux ans après l’avoir écrite était une conséquence de ce que j’avais fait, mais j’éprouvais une certaine distance vis-à-vis de ça. Quand j’écrivais juste pour mes parents, ça m’allait aussi !

 
Quel est ton plus grand souhait en tant qu’auteur ?
Bah euh, devenir riche. C’est bien pour ça qu’on devient auteur, non ? J’espère qu’on m’a pas menti.

 

Des questions pour le fun :

 
Quel est ton rêve le plus cher ?
J’adorerais écrire un scénario et le voir produit à la télé ou au cinéma. Ceci étant dit, si le génie me propose de manger des rouleaux de printemps sur une plage hawaïenne en compagnie de Halle Berry, il est assez probable que je privilégie ça, comme rêve.

 
Si tu pouvais avoir un pouvoir magique, quel serait-il ? Pourquoi ?
Voyager dans le temps ! Je ne suis pas fan de l’époque dans laquelle on vit. Si je pouvais aller dans les années 60-70 pour terminer ma vie, ça m’irait très bien.

 
Si tu pouvais rencontrer une personne célèbre (vivante ou morte), qui choisirais-tu ? Pourquoi ?
Si une personne célèbre morte pouvait revenir, je m’en voudrais de la garder pour moi. J’aimerais que Coluche revienne. Il est parti l’année où je suis né, mais j’ai découvert son œuvre en grandissant, et j’en ai conclu assez vite qu’il manquait cruellement à la France aujourd’hui.

 
Si tu pouvais recréer notre monde de manière loufoque et complétement utopique, comment l’imaginerais-tu ?
Pour avoir cette réponse, il faudra lire la nouvelle série dont je parlais plus haut. Rendez-vous l’année prochaine !

 
Peux-tu nous donner 10 infos sur toi ?
Dix, ça me paraît énorme, je surveille mon narcissisme ! 5 petites anecdotes, plutôt ? Allez.

 1. À l’école primaire, on se moquait souvent de moi parce que j’étais plus jeune (j’avais sauté une classe).

2. Depuis que j’ai vécu au Japon, je continue de baisser la tête quand je dis merci, sinon j’ai l’impression qu’il manque un truc.

3. Malgré un profil résolument littéraire, j’ai fait un bac S. Jamais rien pigé aux probabilités.

4. En terminale, j’ai eu 0 à un bac blanc d’histoire parce qu’avec un copain, on s’était promis de glisser chacun 5 mots incongrus dans notre essai sur la guerre froide. Mon copain a eu 0 aussi. Je maintiens que le reste de l’essai était très bon.

5. Je pleure très facilement devant un film. Rocky Balboa gagne un combat et sa famille crie de joie devant la télé, je suis en larmes.

 

Vous pouvez retrouver Erwan Ji :
-        Sur Facebook
-        Sur Twitter
-        Sur Instagram
-        Sur son site
-        Sa bibliographie

dimanche 3 septembre 2017

La maison de la Nuit, HS1 La Promesse de Dragon - P.C. Cast et Kristin Cast


Titre : La Maison de la Nuit, HS 1 La Promesse de Dragon

Auteur : Kristin Cast et P.C. Cast

Genre : Fantastique / YA

Editions : PKJ

Date de sortie : 15/01/2015

Nombre de pages : 144

Prix : 9,90 € (papier) ou 8,99 € (numérique)
 
 
 
 
 
Synopsis :
 
1830. Après avoir été désavoué par son père et Marqué par un Traqueur, Bryan Lankford quitte Londres pour les Amériques. Désormais baptisé Dragon, le novice devient maître d'armes à la Maison de la Nuit de Tower Grove. Mais alors qu'il développe un amour interdit pour Anastasia, le nouveau professeur de Charmes et Rituels, voilà qu'une terrible menace s'abat sur la Maison de la Nuit. Face à ce danger, Dragon doit choisir : faire confiance à ses sentiments pour Anastasia ou céder à ses instincts de combattant...
 
Mon avis :
 
J’aime beaucoup la série La maison de la Nuit, c’est donc tout naturellement que j’ai intégré les différentes Novella au cours de ma lecture des tomes principaux.
Pour information, après demande chez PKJ, ce tome peut se lire entre les tomes 7 et 8.
 
Comme pour les autres livres de cette série, je me suis rapidement plongée dans cette lecture.
J’étais ravie de pouvoir y découvrir un peu plus l’un des professeurs de la Maison de la Nuit : le maitre d’armes Dragon. J’ai trouvé très intéressant d’apprendre à le connaître quand il était plus jeune, au moment de sa Transformation.
On suit également sa rencontre avec Anastasia, et on comprend leur côté fusionnel.
 
Ce livre va me permettre de me sentir un peu plus proche de ce personnage. Car malgré le fait qu’il soit très souvent présent dans les différents tomes, il reste assez en retrait et n’est que très rarement en contact direct ou dans l’action avec Zoey, de ce fait on y est moins attaché.
 
Bref, cette novella n’est pas nécessaire pour la compréhension de l’histoire, mais elle est sympa à découvrir pour les adeptes comme moi de la série. J’ai hâte de découvrir les suivantes car elles traitent des personnages secondaires plus présents.